×

Résisterez-vous à Scala ?

26 Déc 2018

Scala, enfant de Java et Martin Odersky, a vu le jour dans l’école Polytechnique fédérale située dans l’une des contrés de la Suisse : la Lausanne. Scala tire son nom du mot anglais «scalable», qui peut être traduit dans ce cas par «extensible». Ce langage de programmation a été conçu pour offrir un langage multi-paradigme, extensible et à syntaxe concise.

Petit à petit l’oiseau fait son nid et parcourt le monde, pour finir par se poser aux Etats-Unis et dans certains pays d’Europe. Qui est-il ? Pourquoi s’intéresse-t-on à lui ? Qu’a-t-il à nous apprendre ?

 

Biography loading

De par sa robustesse, Scala a su faire ses preuves et séduire la communauté des développeurs. En effet, fils de Java, il hérite de ses bibliothèques et de sa machine virtuelle. La force de Scala repose sur sa minutie et sa capacité à traiter de gros volumes de données. De nature pointilleuse, Scala aspire à être codé proprement. Effectivement, si code impropre il y a, il vous le fera comprendre en n’adhérant pas à votre requête. Il se révèle, cependant, très utile pour la relecture, le refactoring et le partage de quelques lignes de code avec un confrère.

Certes, au premier abord, il s’avère compliqué de le comprendre car il n’a pas encore de biographie complète. De plus, il ne sympathise généralement qu’avec les amis proches de sa mère, appelés les « SENIORS Java ». Mais à force de le côtoyer, de le fréquenter, il devient vite un bon allié. Appréciant la beauté de la simplicité, son jargon de programmation est plus concis, plus court tout en préservant les mêmes fonctionnalités que Java. D’ailleurs, bien que sa popularité ne cesse de croître, il n’en demeure pas moins très attaché à sa mère, Java, avec laquelle il échange régulièrement des lignes. Java et Scala sont unis l’un à l’autre par les liens sacrés des frameworks, notamment Play ! Ensemble, ils décuplent leur puissance et leur empire.

 

La chasse de Scala

Scala, grand séducteur dans l’âme, commence à faire de plus en plus de ravages en France, faisant tomber plus d’un développeur à la renverse. Pourtant encore peu connu de cette patrie, il séduit de plus en plus de startups françaises telles que Teads et Mister Bell, mais aussi quelques grosses boîtes telles qu’Axa, Twitter ou encore Viadeo. Méfiez-vous, une fois adopté, vous ne pourrez plus vous en passer !

 

Pour plus d’informations sur Scala, rendez-vous sur les liens suivants :

–      Le blog « le touilleur » 

–      Le langage Scala

–      Le blog Nouhoum’s Café »

–      Et bien évidement le « Scala by Example » de Martin Odersky

Mobiskill, cabinet de recrutement web & mobile se charge de vous dénicher le poste de vos rêves et notamment si vous êtes un dur à cuire du Scala. Des offres faites pour vous :

 

 

Jennifer
Mobiskill, cabinet de recrutement spécialisé dans le web et le mobile