×

Data Scientist, un métier révolutionnaire.

26 Déc 2018

On entend de plus en plus parler des fameux Data Scientist. Tout comme « Big Data » ou bien « Growth Hacking », le terme « Data Scientist » fait du bruit dans l’univers digital et bien au-delà. Pourtant, il n’a pas encore sa propre définition. Ce métier en vogue dans la plupart des entreprises tech correspond aux nouveaux enjeux de la valorisation des données.

 

Data scientist une expression « marketing » ?

Certains l’appellent Statisticien, Chargé d’études, Data Engineer ou encore Data Miner. Preuve que tout le monde en parle mais que personne ne sait concrètement ce qu’est un Data Scientist. La définition du Data Scientist varie d’un pays à l’autre et d’une société à l’autre. Difficile donc de donner une définition commune à tous…

Revenons un peu en arrière ; à l’heure où aucune entreprise n’exploitait réellement ses données, deux experts en machine learning, Jeff Hammerbacher et DJ Patil, se mirent en tête de trouver une utilité à ces trésors inexploités. Travaillant respectivement chez LinkedIn et Facebook, ces deux matheux inventèrent en 2008 dans la Silicon Valley le terme Data Scientist.

Sa mission

La mission principale du Data Scientist est d’utiliser les données recueillies par les entreprises et d’en dégager de la « valeur ». C’est-à-dire utiliser des modèles mathématiques et des algorithmes innovants pour analyser la donnée et en tirer des insights utiles à l’entreprise.

Qu’est-ce qu’un bon Data Scientist ?

Pluridisciplinaire, le Data Scientist doit être à la fois un programmeur passionné, un scientifique amoureux et posséder une véritable vision business. En d’autres termes, c’est un mélange entre maths, stats, programmation, et savoir-faire métier. Définir chacune des compétences d’un Data Scientist revient à dresser une liste tarabiscotée, peu succincte et incorrecte. En effet, il n’existe pas de profil universel, car celui-ci varie en fonction des sociétés et de leurs besoins.

Mais pour faire court, un bon Data Scientist doit :

 

  • Comprendre les problématiques métiers de l’entreprise et ses objectifs

 

 

  • Vérifier la pertinence des données, les structurer et les organiser (il y a toujours un grand nettoyage au démarrage)

 

 

  • Utiliser le fruit de ses recherches et de ses analyses pour en dégager des recommandations stratégiques et opérationnelles judicieuses

 

 

  • Savoir communiquer avec les différentes entités concernées au sein de l’entreprise, avoir une pointe d’imagination et brûler de curiosité

 

Autant dire que ces profils sont des perles rares qui ne passent pas inaperçues. Cela se ressent au niveau salaire : de 45 à 75 K€ brut/an selon l’expérience et les responsabilités confiées.

De l’analyse à la réalité :

Le Data Scientist manipule d’importantes quantités de données issues principalement de l’empreinte numérique laissée par les utilisateurs : les objets connectés, le web, les données commerciales, les données publiques et ouvertes (Open Data, Etalab), les données médicales… Par ses connaissances, son savoir-faire et son imagination, le Data Scientist peut donc améliorer et faciliter la vie au quotidien.

Le Data Scientist intervient dans des secteurs peu soupçonnés dont voici quelques exemples :

La sécurité :
Boston s’est équipée d’un logiciel de lutte contre la criminalité : Blue Crush. Ce logiciel a été conçu grâce aux multiples données sur les délits qui surviennent dans un territoire.  Déjà utilisé par la police de Memphis, il détermine les zones ayant la plus forte probabilité d’actes criminels.
La santé :
Détection d’Alzheimer dans l’imagerie cérébrale. Avec les données collectées, le Data Scientist peut améliorer les diagnostics ou permettre à l’industrie pharmaceutique de meilleurs ciblages thérapeutiques.
La biologie :
N’oublions pas que les algorithmes les plus utilisés aujourd’hui dans le « digital » sont déjà des références dans la biologie (ex : algorithmes génétiques)
La politique :
Barack Obama qui a été le premier président à être élu en partie grâce à l’analyse des profils de ses électeurs. La campagne de Barack Obama

 

Le Data Scientist est-il alors le job le plus sexy du 21ème siècle ? Comme le prédisaient DJ Patil et Thomas H. Davenport dans l’article paru dans Harvard Business Review.

 

Si vous êtes aussi un révolutionnaire et que vous avez le goût de la Data, voici trois offres faites pour vous :
Ingénieur Big Data, Scala, et souhaitant faire partie de LA french success story
– Data Engineer Pythonesque
Développeur Dataviz – Big Data

 

Consultez nos offres sur blog.mobiskill.fr ou sur notre twitter @mobiskilljobs
Nos dernières actus sur @mobiskill

 

 

Jennifer
Mobiskill, cabinet de recrutement spécialisé dans le web et le mobile